• JC Duval

Histoire de la terre - Episode 4

“La terre est bleue comme une orange.” Paul Eluard

 

Nous sommes très certainement en train de vivre une crise écologique et environnementale dont l'homme est le principal coupable. L'histoire de la terre a déjà été émaillée par plusieurs crises biologiques. On a répertorié 5 crises par le passé, la 6ème étant celle dont l'humanité pourra sans doute s'attribuer la responsabilité.


Ce billet revient sur 2 des crises majeures ayant bouleversé l'histoire de la terre :

  - La crise P/T

  - La crise K/T

Une crise biologique est un événement relativement bref à l’échelle des temps géologiques - en millions d’années -  au cours duquel au minimum 75 % des espèces présentes sur terre et dans les océans disparaissent.

 

Crise P/T (Permien Trias)

- 250 millions A


Crise biologique connue comme étant la plus importante de l'histoire de notre planète. Dans les mers, on estime une disparition de près de 60% des familles et 95% des espèces. Sur terre, on avance la disparition de 70 à 80 % des familles de vertébrés, et de 65 % du nombre des familles d’insectes.

L'espèce est le taxon de base de la systématique (discipline qui inventorie les organismes vivants). Une espèce est une population dont les individus peuvent se reproduire entre eux.
Nombre d'espèces du domaine des eucaryotes actuellement répertoriées sur Terre. Les eucaryotes sont des êtres vivants ayant des cellules avec un noyau.

Les causes de la crise P/T sont très discutées.

Crise volcanique, grande régression, réchauffement climatique, crise de salinité …

Voyons l'hypothèse basée sur une crise volcanique.


Les trapps de Sibérie

Le mot trapp signifie "escalier". Ces grands plateaux basaltiques sont en effet usés par l'érosion en terrasses faisant penser à des escaliers.

Les trapps sont de gros épanchements volcaniques, dont on ne recense qu'une dizaine de cas au cours des 300 derniers millions d'années. Ce sont les plus grands phénomènes effusifs qui ont eu lieu à la surface de la terre. Les scientifiques estiment le Trapp Sibérien à 3 millions km3. Les laves sont prises en sandwich entre les sédiments du Permien et du Trias. Aujourd'hui, la région est recouverte de neige et de végétation, mais sous sa surface se trouvent des traces de l'éruption volcanique la plus destructrice que la terre ait jamais connue. On date le début de l'éruption à environ 250 millions d'années. La Sibérie s'est alors embrasée sur des centaines de milliers de km2.

Trapp sibérien

1er effet : Suite à cette éruption, les modifications climatiques apparaissent peu à peu.

Un réchauffement climatique lent fait suite à un terrible hiver. La température moyenne s'élève progressivement de 4 à 5° C. Les espèces terrestres les moins résistantes disparaissent suite à une diminution du nombre des naissances. Les conséquences se répercutent dans les océans. La température de l'eau augmente entraînant la mort des espèces marines. 

2ème effet : Les eaux de plus en plus chaudes libèrent un second tueur venu du fond des océans : un gaz à effet de serre, le méthane.

La libération d'énormes quantités de méthane augmente la température du globe de 4 à 5° C.

Au final, le réchauffement entraîne une augmentation moyenne de 10°C. Une théorie globale qui peut expliquer les causes de l'extinction du Permien.


Origine du méthane des fonds marins :

Une importante quantité de matières organiques qui se dépose sur les fonds océaniques est incorporée dans les sédiments. Sous l'action des bactéries anaérobies, ces matières organiques se transforment en méthane dans les premières centaines de mètres de la pile sédimentaire.

Un volume très important de méthane est ainsi produit. Une partie de ce méthane se combine aux molécules d'eau pour former l'hydrate de méthane, dans une fourchette bien définie de température et de pression.


Hydrate de méthane :

Sous des conditions de température et de pression particulières, la glace peut piéger des molécules de gaz, formant une sorte de cage qui les emprisonne. Les composés résultants s'appellent des hydrates de gaz. Les gaz piégés sont variés, par exemple le dioxyde de carbone, le sulfure d'hydrogène ou encore le méthane.

L'hydrate de méthane est une glace qui contient une quantité énorme de gaz : la fonte de 1 cm3 de cette glace libère jusqu'à 150 cm3 de méthane. Les fonds marins recèlent d'immenses réservoirs de ce gaz sous forme solide.

 

Crise K/T (Crétacé Tertiaire)

- 65 millions A


La crise du Crétacé-Tertiaire ou K-T en allemand Kreide-Tertiär, est survenue il y a 65 millions d’années.


Environ 3/4 des espèces marines de la planète se seraient alors éteintes, parmi lesquelles figurent les ammonites. De nombreuses victimes ont également été recensées sur les continents, dont les dinosaures. C’est d’ailleurs pour cette raison que cette crise biologique est certainement la plus connue d’entre toutes.


Les causes de la crise du Crétacé-Tertiaire


De nombreuses causes possibles ont été avancées, mais deux d’entre elles reviennent avec insistance : l’astéroïde de Chicxulub et les trapps du Deccan. Certains experts sont de farouches défenseurs de l’une des deux théories, tandis que d’autres considèrent les deux dans leur ensemble.


La 1ere théorie attribue la disparition des dinosaures, à la chute d’un corps céleste sur la péninsule du Yucatán (Mexique) voici environ 66 millions d’années. Le cratère de Chicxulub, qui mesure environ 180 km de diamètre, pourrait en être la trace. La collision avec l’astéroïde de 10 km de diamètre aurait produit une importante onde de choc, des incendies et l’émission de particules dans l’atmosphère, de quoi bloquer les rayons du Soleil. Or, sans énergie solaire, la photosynthèse ne peut fonctionner, ce qui signifie que les végétaux ne peuvent survivre, comme les consommateurs qui s’en nourrissent et le reste de la chaine alimentaire.

Astéroïde se dirigeant sur le golfe du Mexique.

La 2eme théorie attribue la disparition des espèces à des phénomènes effusifs intenses qui ont donné naissance aux trapps du Deccan en Inde.

D’importantes quantités de particules et de gaz auraient été rejetées dans l’atmosphère durant plusieurs milliers d’années, au point de modifier le climat trop rapidement pour permettre à la plupart des espèces de s’adapter.

Trapp du Deccan
 

Comète, astéroïde, météorite.


Une comète est un petit corps céleste constitué d'un noyau de glace et de poussières en orbite autour d'une étoile.

Le nuage de Oort est le principal réservoir de comètes, il forme une enveloppe extérieure au système solaire à 40.000 unités astronomiques du soleil.

Un astéroïde est un petit corps principalement rocheux ou métallique, ayant pour origine soit la ceinture d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter, soit la ceinture de Kuiper – orbite externe à Neptune.

La ceinture d'astéroïdes contient des corps rocheux et métalliques, alors que la ceinture de Kuiper contient des composés volatils gelés comme l'eau, le méthane ou l'ammoniac.

Une météorite est une roche d'origine extraterrestre.

La plupart des météorites sont des fragments d'astéroïdes ou de comètes.

Réservoir de comètes.

Episode 1

141 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout