top of page
  • JC Duval

Joan Mitchell

"Ce qui m’excite quand je peins, c’est ce qu’une couleur fait à une autre et ce qu’elles font toutes les deux en termes d’espace et d’interaction"

🎨 Joan Mitchell - artiste peintre (1925-1992)

 

Cette femme a laissé son empreinte dans la peinture américaine. Au début des années 50, cette étudiante en arts, revient d’un séjour en France, séjour durant lequel elle a suivi les traces des maîtres de la modernité de l'époque. De retour aux Etats-unis, elle rompt cependant avec la figuration et trouve rapidement une place au sein de l'avant-garde new-yorkaise, dans les rangs des expressionnistes abstraits. Elle côtoie Jackson Pollock, Willem de Kooning, Franz Kline ou encore Lee Krasner.

Après des aller-retours entre l'Amérique et l'Europe, elle se fixe à Paris à la fin des années 50. Elle y retrouve le peintre québécois Jean Paul Riopelle. Si le déracinement libère son geste, il mine aussi un temps la carrière de cette femme qui dissimule mal sa peur de l’abandon.

Fin des années 60, momentanément passée de mode, elle s'installe alors à Vétheuil. Dans ce village du Vexin où vécut Monet et où son jardin couvert de tournesols la connecte à Van Gogh, elle fige sur la toile les impressions que lui procure la nature.

Début des années 70, elle revient sur l'avant scène internationale et se voit exposée aux États-Unis et en Europe.


Dans son film documentaire, Stéphane Ghez plonge dans l’intimité de cette grande artiste, disparue il y a trente ans.

Extraits du film de Ghez diffusé sur Arte


Actuellement la Fondation Vuitton fait dialoguer Claude Monet avec la reine des "champs abstraits colorés".


bottom of page