• JC Duval

Les enceintes parisiennes

« Conduire dans Paris, c'est une question de vocabulaire. »

Michel Audiard

 

Au fil de son histoire, Paris s'est entouré de fortifications, moyen défensif contre les éventuelles attaques.

Philippe Auguste suivi de Charles V ont construit ces murs pour se protéger des anglais, et Louis XIII pour se préserver d'un affrontement avec les Habsbourg.

Au fil des constructions, les remparts se sont peu à peu allongés, agrandissant ainsi la surface intra-muros de Paris.

Actuellement la superficie de la ville est d'un peu plus de 100 km carré. Paris est cerné par le "périph" qui reprend l'ancien tracé des "fortifs".

 

Paris a donc été ceint à différentes reprises.


Après la muraille gallo-romaine de l'Ile de la Cité (1), Philippe Auguste fait construire l'enceinte qui porte son nom en 1213. Rive droite, elle englobe les cultures et les couvents d'anciens marais asséchés. Sur la Seine, le fleuve est barré par des chaînes. A l'ouest, Le Louvre est l'une des forteresses de la muraille (2). Quelques vestiges de ces remparts subsistent encore au niveau de l'actuel Marais.


En 1383, sur la rive droite qui se développe plus rapidement, Charles V ajoute une extension, défendue par la forteresse de la Bastille à l'Est. Paris compte alors 150 000 habitants (3).


Vers 1635, Louis XIII élargit la muraille vers le nord-ouest, englobant le palais des Tuileries (4) : au delà, s'étend un bras mort et marécageux de la Seine.


En 1705, la France étant défendue aux frontières, Louis XIV fait détruire les fortifications de la rive droite et les remplace par une large promenade, qui se transformera en boulevards animés au 19è siècle. Les portes principales, celles de Saint-Denis et Saint-Martin, s'ornent d'arcs de triomphe.


En 1785 est construit le mur des fermiers généraux (5), barrière qui sert à percevoir l'octroi sur les marchandises entrant dans Paris, et ainsi éviter la contrebande.

Le mur mécontente le demi-million de parisiens : "le mur murant Paris rend Paris murmurant". Incluant de vastes terrains libres, il suit le tracé actuel de la ligne de métro Nation-Etoile. Il est ponctué de 62 barrières d'octroi. Mais en 1787, deux ans après le début, Ledoux est déchargé de sa tâche pour avoir voulu édifier des bâtiments trop chers. La plupart des pavillons seront brûlés par les révolutionnaires.


Les dernières fortifications, celles de Thiers datent de 1844 (6) : doublées par 16 forts détachés (tels les forts de Montrouge ou du Mont Valérien), formant un anneau non constructible de 300 m de large, les "fortifs" englobent les villages entourant Paris (Montmartre, Belleville…) et deviennent la limite officielle de Paris en 1859. Paris compte 1 million d'habitants en 1846, contre 1,8 million en 1866. Inutiles en 1870 face à la longue portée des canons allemands, les fortifications de Thiers commencent à être détruites à partir de 1919, remplacées par une 1ere "ceinture verte" d'équipements sportifs et d'une 2ème ceinture d’HBM - habitations à bon marché - en briques. Ainsi, Paris atteint ses limites actuelles (7) entre 1925 et 1930 et abrite 2,7 millions d'habitants en 1945, contre 2,1 millions aujourd'hui.

 

Les enceintes de Philippe Auguste et de Charles V


 
Vestiges de l'enceinte Philippe Auguste, dans le Marais.
Bases de l'enceinte Charles V dans les sous sols du carrousel du Louvre.
Les fossés de Charles V

C’est une construction très différente du rempart Philippe Auguste. Elle est faite de terrassements pour résister à l’impact de l’artillerie. Elle occupe une emprise de 80 à 90 mètres de large avec un large fossé en eau et un mur renforcé de tours sur une importante levée de terre.


Porte Saint Denis et les grands boulevards, au début du XIX siècle.
Photo © WCC Agence Rol BNF
Les "fortifs" - Porte de Versailles. Photo © WCC Agence Rol BNF

Source Netprof

116 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout